Scandale à l’ hôtel du fleuve : Un vigile affecté à la sécurité des lieux fracture le bras du journaliste Michael Bakemba sans être inquiété

Scandale à l’ hôtel du fleuve : Un vigile affecté à la sécurité des lieux fracture le bras du journaliste Michael Bakemba sans être inquiété

Trop c’est trop, dit -o n. Ailleurs que ce soit aux États-Unis ou en France, nul ne peut refuser à un journaliste de tendre son micro à une autorité.

Ils sont très complexés et ne sortent pour la plupart d’aucune école de formation en garde rapprochée. Bon nombre d’entre eux, ce sont d’anciens acolytes de certains partis politiques qui leur avaient armé des machettes pour tuer les opposants en 2011.

Au lieu de garder le bâtiment, guider un client perdu dans le parking ou autre, ils sont là à surveiller les mouvements des journalistes jusqu’à leur porter l’avis. Quelle bêtise !

Le cas le plus flagrant venait d’être vécu dans ce prestigieux établissement hôtelier où les vigiles, sont des plus insolents de la terre. Ils n’ont de considération pour personne, si ce n’est que pour des musiciens ou autres étrangers.

Où sont passés : l’ACAJ, le JED, l’UNPC et autres associations de défense des droits des journalistes ?

Ce monsieur de l’hôtel du fleuve, du reste trop zélé mérite un jugement de flagrance et doit subir la rigueur de la loi, état de droit oblige.

Ô pays , il ne nous manque que des hommes capables de donner des insomnies à cet hercule de l’hôtel du fleuve…

Patrie news

You May Also Like

Religion :l’apôtre Lambert Otshinga Shotsha au cœur du 1er anniversaire de l’église JÉSUS SAUVEUR de Kimpoko

Religion : l’église JÉSUS SAUVEUR a soufflé sur sa première bougie d’existence à Kimpoko

Primature: le gouvernement annonce des mesures drastiques face aux cas des tortures perpétrés contre les femmes au Maniema 

Primature: Le Premier Ministre Jean-Michel Sama Lukonde inspecte les travaux de réhabilitation des routes à travers la ville de Kinshasa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.