Guerre à l’EST de la RDC : Tombés dans une embuscade sur les collines de Murambi, les Wazalendo dénoncent la complicité de la MONUSCO

Guerre à l’EST de la RDC : Tombés dans une embuscade sur les collines de Murambi, les Wazalendo dénoncent la complicité de la MONUSCO

Les résistants Wazalendo dennoncent le fait que les casques bleus de la MONUSCO/ Opération Springbok ont laissé leurs positions installées sur les collines de Murambi aux rebelles du M23 et de l’armée Rwandaise (RDF) depuis mercredi 6 février dernier.

“Nous avons dennoncé depuis mercredi que la Monusco a laissé ses bases militaires à l’armée Rwandaise personne ne nous a cru, aujourd’hui vendredi 9 février, nos collègues qui se sont rendus sur le lieu sachant que la MONUSCO est de notre côté ont été blessés par l’armée Rwandaise qui occupe cette base installée dans les collines de Murambi”, a déclaré un jeune résistant du groupe Wazalendo.

Par ailleurs, une source proche de la MONUSCO parle d’une fausse information affirmant que la Mission Onusienne soutient le gouvernement congolais.

« C’est absolument faux. La MONUSCO travaille en étroite collaboration avec les FARDC qu’elle soutient dans le cadre de l’opération SPRINGBOK pour sécuriser la ville de Goma et la cité Sake », a déclaré la source.

Il faut signaler que ce vendredi 9 février à 10h25′, une bombe est tombée dans la cité de Sake au quartier Bikali sans faire d’énormes dégâts.

Selon des sources militaires, L’armée congolaise pilonne en ce moment les positions du M23 et RDF à Nenero, Malehe et Kiuli.

Patrie News

You May Also Like

Marché Crédit Carbonne équitable : Depuis New-York, Félix-Antoine TSHISEKEDI exhorte le monde entier à maintenir l’augmentation de la température en dessous de 15°C

Liberté de presse : Après son analyse pertinente sur la megestion de Gentiny Ngobila, Rebecca Bilendo et sa famille portées disparues

Kinshasa : Condamné à mort dans l’affaire de kidnapping, Big Boys brise la glace depuis la prison centrale de Makala

La recrudescence de l’insécurité en RDC, les Aactivistes des droits de l’homme et membres de la société civile dénoncent

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.