Pourquoi un tel acharnement sur mon seigneur Fridolin Ambongo, n’a-t-il pas raison de dire ainsi?

Pourquoi un tel acharnement sur mon seigneur Fridolin Ambongo, n’a-t-il pas raison de dire ainsi?

Dans son discours le cardinal de l’église catholique est plutôt clair que depuis l’accession de la République Démocratique à son indépendance, on accède au pouvoir par la force, la guerre, par la ruse et la fraude en installant un système d’égoïste dans la gestion de la chose publique, A cet effet, l’archevêque de l’église catholique n’a-t-il pas raison de dire ainsi ?

Nous devons laisser loin, la conception de voir les sorciers partout.

Je ne l’affirme pas mais je vous amène à réfléchir :

Après l’indépendance le pays a connu les premières élections sans complaisance, Lumumba patrice Emery majoritairement élu mais les occidentaux préférèrent le « moins agressant », alors devinez? Kasa vubu Joseph sera imposé au peuple congolais à l’époque  » Congo belge ».

Tout commence par là.

Kassa Vubu président fabriqué par les colons belges et est obligé d’aller cohabitation avec son premier ministre et afin un « coup d’Etat » surgit avec répression, sans résistance le premier président du Congo va bonnement céder le pouvoir au Maréchal Mobutu sans bain de sang.

Le président Mobutu à son tour installe une dictature au sein du pays et le rend ainsi une monarchie absolue, toutes les institutions à sa propre guise. Après ses 32 ans sera renversé par un fils du pays, Laurent Désiré Kabila qui en son tour accède au pouvoir au moyen d’une rébellion coalisée et appuyée par les occidentaux.

Après 3 ans au pouvoir avec un gouvernement que lui-même fût l’exécutif, il va mourir en martyrs pour les intérêts de son pays et à la surprise générale, son fils va expédier les affaires courantes jusqu’à l’enterrement de la dépouille de son père mais qui va s’éterniser au pouvoir plus de 18 ans par une stratégie occidentale avec une gestion approximative, l’absence remarqué d’un « État de droit ».

Après la formule de 1+4, le pays va assister aux élections bien que contées de tous, Joseph Kabila va briguer ses deux mandats jusqu’à céder le pouvoir à un « opposant de sang » Félix-Atoine Tshisekedi, cette fois-ci non par un coup d’Etat moins encore par la rébellion mais par les moyens des élections crédibles que certains qualifient jusqu’à la preuve du contraire « les arrangements purement politiques ».

Félix-Antoine Tshisekedi président de la République coincé par les dispositions constitutionnelles, gouverne malgré lui avec une majorité propre à son allié (ennemi juré) et est obligé d’aller en coalition pour que le pays ne sombre, car aller en cohabitation, le risque serait incontournable d’un « coup d’État » (comme à l’époque de Kasa vubu et Lumumba) ou encore d’une balkanisation.

Après ce résumé succinct qui est tout à fait politique et ne répond à l’aspect spirituel évoqué par le cardinal Fridolin Ambongo. D’après les lignes précédentes, le cardinal peut avoir raison de dire ainsi mais attention !!!  Lorsqu’il dit, je paraphrase : « […] Un peu comme dans le récit de Jacob qui avait volé la bénédiction destinée à son aîné […]». Ce morceau n’a pas tout expliqué, si oui réellement vrai que Félix-Antoine Tshisekedi est président de la République par la volonté de Dieu.

Alors s’il faut aller avec l’hypothèse selon laquelle, Félix-Antoine Tshisekedi (Jacob) et Martin Fayulu (Esau) beaucoup seraient encore énervés si le cardinal de l’église catholique avait achevé correctement sa prédication «discours».

De-prime-à-bord, le cardinal c’est un personnage qui a la maîtrise de la bible, déclarant tout haut que Félix-Atoine Tshisekedi (Jacob) aurait volé l’élection de Martin Fayulu (Esau) c’est admettre sans vergogne que «Fayulu n’a jamais été président de la République Démocratique du Congo selon le plan et le calendrier de Dieu».

Vous n’allez pas me contredire si je vous dis, «Tout pouvoir vient de Dieu» c’est biblique !

Allons dans la bible, Rebecca encore enceinte mais Dieu lui dit : «Deux nations sont dans ton ventre, et deux peuples se sépareront au sortir de tes entrailles; un de ces peuples sera plus fort que l`autre, et le plus grand sera assujetti au plus petit», Je suis dans Genèse 25:23.

Bon si ce verset ne vous arrange, alors que dirons-nous de « Romains 9:12-14 » ?

D’où, Dieu est totalement claire et « il fut dit à Rébecca: L`aîné sera assujetti au plus jeune ; selon qu`il est écrit : J`ai aimé Jacob et j`ai haï Ésaü. Que dirons-nous donc? Y a-t-il en Dieu de l`injustice? Loin de là ! » C’est ici que je vais attirer l’attention de tous les hommes de Dieu et autres qui marchent en contradiction du pouvoir de Félix-Antoine Tshisekedi.

Écouter les Hommes de Dieu !!! «Dieu est souverain !!!»

C’est-à-dire il a accès à tout, il peut tout, il sait tout et a agi en conformité de sa parole et peut te donner par sa divinité puissante une chose que tu ne mérites pas, parce qu’il est « souverain ».  

De ce qui précède, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo est le vrai choix de Dieu ! Je le démontre !

Nous sommes sur l’esplanade du boulevard triomphal, un meeting où tous les candidats au scrutin du mois décembre 2018 devraient se choisir par consensus un candidat commun, le port étendard de l’opposition. La population sur place a choisi Félix-Atoine Tshisekedi en scandant un chant le désignant « le candidat unique de l’opposition », un choix confirmé et soutenu par quelques figures emblématiques de l’opposition (Muzito, Fayulu, Matungulu,…) tous présents à cette manifestation.

Le meeting ne suffisait pas, ils devraient aller en Afrique du Sud pour trouver un candidat commun. Au tour du plan, le nom choyé et favori est celui du «fils de sphinx de Limete». Arrivés à Genève, les choses allaient bien jusqu’à ce que la «position infaillible» de Félix-Atoine Tshisekedi sur l’interprétation et la conception sur la «machine à voter» créent des zones d’ombre et une divergence, or, il était ferme depuis Kinshasa lors du meeting sur triomphal « Nous irons aux élections sans ou avec machine à voter. Dixit Félix Tshisekedi ».  Sa position va devoir désorienter la confiance de ses pairs en optant un mode de désignation biaisé conçu au prorata de Martin Fayulu et Matungulu, comme certains le disent que Martin Fayulu aurait trahi Félix-Atoine Tshisekedi en lui faisant promesse d’une « voix » sans succès.

Tshisekedi Félix-Antoine impuissant à Genève sera puissant à son tour par la volonté de Dieu au scrutin présidentiel du mois de décembre 2018 et voilà pourquoi dans son allocution en Angleterre, il dit « Je suis président de la République pas par la volonté d’un individu (HOMME) mais par la volonté Dieu».

Vous connaissez l’histoire, Jacob était impuissant pour préparer un gibier à son père quoi qu’il avait la promesse mais Ésaü est choisi par le dessein parental étant un vrai chasseur mais Rebecca a décidé autrement et prépara le sentier pour le fils de la promesse Jacob. C’est biblique!

(Genèse, 25:25-26).

Donc, bibliquement, celui que Dieu avait choisi depuis le ventre de sa maman (Triomphal, Afrique du Sud et Genève) était Jacob (Félix-Atoine Tshisekedi) et non Esaü (Martin Fayulu). Vous avez compris !

Jacob serait béni même s’il ne volait pas la bénédiction de son frère c’est pareille avec Félix-Antoine serait toujours président de la RD Congo même sans la CENI moins encore « les accords de KINGAKATI » parce dans le plan de Dieu c’était bien lui, le président.

Ecoutez !

Comme jacob, à la fuite de son frère, il rencontra Dieu sur son chemin et Dieu le changea le nom à cause de sa fidélité sans tenir compte de ses erreurs.

Il prend le pouvoir, en son tour, Félix-Atoine Tshisekedi Tshilombo, une fois Président de la République va devoir remettre le pays entre les mains de Dieu aux yeux de tous. Nous sommes au stade des martyrs lors d’une journée l’action de grâce, ce sont des grands signes qui témoignent la reconnaissance envers Dieu et qui fait de ce dernier l’acteur principal.

Félix-Antoine Tshisekedi va devoir faire renaître nos liens entre Israël et en le bénissant. N’est-ce pas, qu’il est écrit : « Celui qui bénira Israël sera béni… »     

Depuis qu’il est au pouvoir, il a un discours d’amour, de l’unité et non tribunal. Faut-il revenir sur ses discours ? Bon! Un extrait.

«Je ne suis pas le président d’une seule tribu ou encore d’un parti politique mais de tous les congolais y compris ceux qui ne m’ont pas voté […]» ; «Le Congo que vous voyez aujourd’hui n’est pas un Congo battu sur la haine, […]» ; « je ne suis pas au pouvoir pour fouiner au passé de ce qui ont tué ce pays […] »

Bon juste là ça va !

Même dans la bible Esaü a fini par comprendre que l’élévation de son frère Jacob était bien conçue dans le plan de Dieu et même Martin Fayulu l’a reconnu quand il demanda la réforme des institutions en soutenant que félix Tshisekedi reste le président de la république : c’est un témoignage d’un pouvoir qui vient de DIEU.  Pas plus que maintenant, le Cardinal Fridolin Ambongo l’a souligné dans son discours que les choses commencent à s’améliorer depuis l’accession au pouvoir de Félix-Antoine Tshisekedi.

Je paraphrase : « […] A celà s’ajoute une culture d’impunité pour les grands, on sanctionne le petit qui vole une poule, une chèvre, qui donne un coup à quelqu’un, il peut se retrouver à Makala. Aux grands l’impunité totale. Heureusement que quelques choses commencent à bouger». S’en est suivi des applaudissements. En politique, ça dit tout et c’est un but inscrit à la dernière minute de récupération en prolongation. Juste ce morceau «heureusement que les choses commencent à bouger» ça fait de l’actuel Président de la république le choix de Dieu surtout quand ça sort du Cardinal de l’église catholique j’accepte, cette évolution des choses dans mon pays.

Alors pour couper le cheveu en quatre, remettre en cause l’élection de Félix-Antoine Tshisekedi c’est révolue.

Il y a de cela une année et quelques mois que le président de la cour constitutionnelle avait dit «Kuajiki» littéralement signifie c’est «terminé !».

Politiciens, confessions religieuses, sociétés civiles, communauté internationale que Nationale, peuple congolais,… Nous devons se conformer à la décision du très haut (Dieu Tout-puissant). Il a plu à Dieu de mettre Félix-Antoine Tshisekedi à la tête du pays comme Joseph Kabila en son temps, il est souverain. Dieu fait grâce à qu’il veut car il est écrit : « Mes pensées ne sont pas vos pensées, Et vos voies ne sont pas mes voies, Dit l’Eternel», Essaie 55:8.

Que sais-je encore ?

Retenez que combattre Félix Tshisekedi c’est combattre Dieu. Ce dernier on ne le combat jamais !

Alors arrêtez de tirer sur les hommes de Dieu (Cardinal Fridolin Ambongo) car ils savent malgré leur tendance politico-tribale, que Félix-Atoine Tshisekedi est le vrai Choix de Dieu pour la République Démocratique du Congo.

Il a cinq ans à la tête du pays et son sort sera déterminé par la population en 2023 mais pour l’instant donnons-lui la chance enfin qu’il ne s’excuse pas après son quinquennat mais aidons-le de manière à réussir son mandat.

 » RD CONGO EKO BONGA »

Je suis apolitique mais un patriote réaliste.

Narcisse Ntumba.

Leave a comment